Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Homélie Epiphanie du Seigneur (02 Janvier 2022) 2021

par Abbé Venceslas Daleb Mpassy

Frères et Sœurs,

Aujourd’hui, comme les Mages, la fête de l’Épiphanie nous invite vers un long voyage rempli de risques et d’imprévus, vers l’inconnu. Notons qu’une surprise de taille les attendait à Bethléem… Qu’ont-ils vu ? À la place d’un roi dans toute sa magnificence, ils découvrent un pauvre enfant avec ses parents dans une étable. Dieu se révèle à l’humanité en toute simplicité !… C’est cela le vrai sens du mot Epiphanie : Dieu lève le voile qui couvrait son visage, Dieu se montre, il se manifeste. Et les Mages ont su transcender cette scène si humble en reconnaissant en cet Enfant la présence d’un souverain. Ils ont été capables de ‘voir’ au-delà de l’apparence. Un regard intérieur qui ne se laisse pas éblouir par les feux artificiels.

Ces mages venus d’Orient sont nos précurseurs dans une grande procession vers l’adoration. C’est ce que nous fait comprendre le prophète Isaïe dans la première lecture : « Toutes les nations convergent vers cette ville. Mais sa splendeur ne vient pas de son prestige ; sa vraie richesse est dans la présence de Dieu ». Aussi, dans sa lettre aux Éphésiens, l’apôtre Paul nous dit: “Toutes les nations sont associées… au partage de la même promesse dans le Christ Jésus.” Donc désormais tous les hommes sont appelés à entrer dans cette grande famille qui s’appelle l’Église. C’est pourquoi, les mages nous indiquent la route sur laquelle nous sommes invités à marcher. L’Évangile nous dit qu’ils cherchaient la véritable Lumière. Cette fête de l’Épiphanie nous rappelle donc que le Christ est la vraie Lumière qui éclaire notre monde. Après avoir vu le signe de l’étoile, ils l’ont interprété ; ils se sont mis en marche. Ils ont fait un long voyage vers Celui qui est la Lumière du monde. À travers eux, c’est nous tous qui sommes appelés à faire partie de son peuple.

Les mages ont choisi pour cadeaux ce qu’il y a de mieux : l’or nous dit qu’il est roi ; l’encens nous dit qu’il est Dieu. La myrrhe, qui sert à embaumer les morts, nous dit qu’il est homme, destiné à mourir. Tout cela est révélé à des païens totalement étrangers à la religion juive. Et nous aujourd’hui, qu’avons-nous à offrir au Roi du monde. Que donnons-nous à la quête pour faire vivre son Eglise ? Qu’as-tu que tu n’aies reçu de Dieu. Et comme les mages, nous pouvons aussi nous poser la question : « Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? » Il est dans le Pain Partagé, dans l’Eucharistie que nous allons célébrer ensemble. « Allez, renseignez-vous avec précision sur l’enfant… » Paradoxalement, Hérode nous donne un bon conseil : Se renseigner sur le Christ, être des chercheurs de Dieu pour mieux le connaître et en témoigner autour de nous. Contrairement à ce qui se fait de nos jours, où les incroyants attendent de nous une foi plus éclairée. Après nous être nourris de la Parole et du Corps du Christ, nous sommes invités à repartir « par un autre chemin » pour rendre compte de l’espérance qui nous anime. Que cette Épiphanie soit la fête de tous ceux qui cherchent Dieu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article