Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Homélie pour le 12ème Dimanche du T.O B (20 Juin 2021)

par Abbé Venceslas Daleb Mpassy

Frères et Sœurs,

Essayons d’imaginer ce qui s’est passé ce soir-là. Jésus monte dans une barque et demande à ses apôtres de passer sur l’autre rive, c'est-à-dire vers le territoire païen, chez des gens loin du vrai Dieu. Et puis, pendant la traversée, il y a une tempête. Mais Jésus, à l’arrière du bateau, dort paisiblement, la tête appuyée sur un coussin. Ses disciples tourmentés l’appellent à l’aide, et lui s’étonne de leur peu de foi. Quel message pour nous à travers cet épisode? Pour ma part, je déduis que le but de ce récit n’est pas de nous apprendre à crier au secours, bien au contraire. D’autant plus que, lorsque les disciples le font, Jésus semble leur reprocher leur peur.

Mais revenons au fait : Jésus dormait,  pendant qu’autour de lui, tous paniquent. La confiance en Dieu, voilà donc le message de ce jour. Jésus ne nous donne pas de recette magique pour éviter toutes les tempêtes de notre vie. Il n’a pas promis de nous épargner toutes les difficultés ; il nous a en revanche promis la force pour les surmonter, si nous la lui demandons. « Maître, ça ne te soucie pas que nous sommes perdus ? ». Question des passagers du bateau, question des chrétiens de la communauté de Marc affrontés aux ennuis de toutes sortes, voire aux persécutions. Question qui est nôtre, aussi, dans nos difficultés. Mais notons que ce soir-là, c’est parce qu’ils avaient pris Jésus avec eux dans la barque avant de commencer la traversée que les disciples ont été sauvés. Avoir Jésus avec nous, c’est la meilleure garantie contre les tempêtes de la vie. Un peu comme à Cana, pour avoir invité Jésus, les mariés de cana avaient passé sous silence la tempête du manque de vin. Et le moyen pour garder Jésus dans la petite barque de notre vie et de notre famille, c’est la foi, la prière et la fidélité aux commandements.

Car il y a des orages dans nos vies qui balaient tout, qui bouleversent tout ce que nous avions construit. Il y a des événements dans nos existences qui nous déstabilisent complètement. Un accident, un conflit, un deuil, une catastrophe… Et tout s’assombrit, la petite barque de notre vie commence prendre l’eau de toutes parts, et Dieu semble être absent ou semble dormir ? C’est effectivement ce qui arrive aux disciples et à Jésus dans leur barque. Que faire? À quoi pouvons-nous nous rattacher, de quel côté pouvons-nous jeter l’ancre ?

Mais il y a des orages qui se déchaînent dans notre cœur. Nous avons soudain peur de nous-mêmes, nous ne nous y retrouvons plus. Nous voudrions nous mettre à l’abri, mais nous ne savons pas comment : l’échec, le désespoir.  Jésus nous invite à faire confiance, à comprendre au plus profond de notre âme que nous n’avons rien à craindre, il nous invite à trouver la paix intérieure, la paix qui nous donne de garder notre calme en toutes circonstances. Et puis il y a la peur de l'inconnu. Jésus a dit : « Traversons vers la rive opposée ». Mais la nuit tombe et on ne voit pas cette autre rive. Chacun pourrait donc évoquer sa peur du changement. Traverser vers l'autre rive, c'est aussi passer de la bonne santé à la maladie, de la jeunesse à la vieillesse, passer de la vie à la mort. Cependant, nous pouvons avoir cette même confiance de Jésus, que Dieu est toujours là, qu’il prend bien soin de nous, et se soucie de nous.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article