Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Homélie pour le dimanche de Pâques (04 Avril 2021)

par Abbé Venceslas Daleb Mpassy

Chers Frères et Soeurs,

Contrairement aux évangiles synoptiques de Pâques qui commencent à l'aube, le récit de Jean commence dans l'obscurité, l'absence de lumière.  Jésus est mort crucifié et il est ressuscité. Nous observons Marie, Pierre et un disciple non nommé, découvrir que la tombe de Jésus est maintenant vide. Est-ce le signe visible que Jésus a vaincu la mort ? Ou bien, faudra t’il encore les apparitions ?

Marie-Madeleine est venue au tombeau pour embaumer le cadavre. En visitant le tombeau placé sous haute surveillance, elle s’exposait. Mais son amour est plus fort. Reste à savoir si elle pourrait rouler la pierre et entrer dans la tombe. Quand elle découvre que la pierre a été enlevée, elle saute aux conclusions. Sa perception de ce qui s'est passé est que quelqu'un est entré et a volé le corps. Elle court pour dire à Pierre ce qu'elle croit, être arrivé. Notons que Pierre, bien qu'il ait renié Jésus, n'a pas abandonné les disciples. Ses larmes n’étaient pas des larmes de crocodile, Pierre a donc été sincère dans sa repentance.

Ainsi, Pierre et un autre disciple courent au tombeau.  L’autre disciple est plus rapide, tandis que Pierre est lent : « diversité de dons, mais un seul esprit ». Le disciple non nommé, peut-être le plus jeune, arrive le premier. Mais il attend que Pierre, le chef, arrive. Il permet à Pierre d'être le premier à entrer. À l'intérieur, Pierre découvre que la tombe est en effet vide. Et à la différence de Lazare couvert d’enveloppes funéraires, ici les draps sont toujours dans le tombeau. Les détails sont intrigants. Jean décrit l'emplacement des enveloppes, mais note également que le tissu qui avait recouvert la tête de Jésus a été bien roulé et placé dans une autre partie de la tombe.

Et là, Jean nous dit que l’autre disciple a vu et a cru.  Cela était-il suffisant pour croire ? La tombe vide et les autres faits étaient perceptibles par les sens ; mais la résurrection, même si elle a des effets qui peuvent être testés par l'expérience, requiert la foi si elle veut être acceptée. Or il n'y a eu aucun témoin à la résurrection au petit matin de Pâques, seulement des disciples qui n'ont trouvé que le tombeau vide. Seulement des disciples à qui il se fera voir. Il y a bien là une expérience qui bouleverse la vie. Car c'est une expérience de foi et non une découverte intellectuelle. Des signes de résurrection, il y en a des milliers chaque jour dans notre vie, dans la vie de ceux que nous rencontrons.  Jésus est vivant. Et Jésus nous pose la même question qu’aux disciples en ce matin de Pâques : Que cherchez vous?  Cherchons-nous vraiment Dieu ? L’avons-nous rencontré ou reconnu ? Si nous croyons que Jésus est ressuscité, qu’attendons-nous pour l’aimer dans le prochain? S’il est ressuscité, qu’attendons-nous pour le crier aux autres? Accepterons de laisser le message de l’Évangile envahir notre vie ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article