Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Homélie du Dimanche 06 Août 2017 (Pour la Transfiguration)

par Abbé Wenceslas daleb mpassy

Frères et sœurs,

Les dimanches précédents, la liturgie nous a présenté une série de paraboles. Elles étaient axées sur la moisson et concernaient  toutes :

  • Les difficultés et le succès de la prédication de Jésus.
  • Puis, sa vision du royaume de Dieu.

 

Et voilà qu’aujourd’hui, l’évangile change de ton. Il ne s’agit plus de paraboles, de fables ou d’histoires, mais plutôt de gestes concrets au cours d’un événement: la Transfiguration.

 

Quoi est la Transfiguration ? C’est avant tout un mystère qui enlève le voile sur le visage de Jésus. Un peu comme dans un concours, dans une compétition, on montre d'avance la récompense ou le prix à gagner. Eh bien par ce mystère aussi, on voit déjà ce que sera le Corps glorieux de Jésus : « Son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. » nous dit l’évangile.

 

En effet, on est dans un contexte où les choses allaient mal pour Jésus. A cause de l'opposition des chefs religieux d'Israël, son message ne passait pas. On disait qu'il ne suivait pas les lois, qu'il était un hérétique, une cause de scandale. Les gens commençaient à le quitter. Et même les apôtres n'étaient plus sûrs. Jésus sent venir les choses. Il sait qu'on va le condamner, et c’est là, qu’au grand désarroi des apôtres, il annonce sa passion et sa mort prochaine.

Oui Frères et sœurs, C'est à ce moment-là que Jésus amène sur la montagne les trois apôtres, Pierre, Jacques et Jean, les futurs piliers de l'Église, et qu'il leur montre son vrai visage. Non, il n'est pas un hérétique, non plus une cause de scandale, ni le fondateur d'un groupe sectaire comme celui des pharisiens ou des saducéens. Il n'est pas seulement un sage parmi tant d'autres, ou un simple prophète de passage; mais il est le Fils de Dieu. C’est pourquoi la voix du Père se fait entendre pour le confirmer: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour; écoutez-le ». La manifestation est tellement forte que son corps ne peut cacher sa divinité. C’est là une épiphanie : Du grec (épi-fa-nein) terme signifiant manifestation ou monstuation, traduit ici Dieu qui se montre. Il lève le voile qui, jusque-là, couvrait son visage.

Aujourd'hui encore, au regard des événements du monde, et aux nombreuses défections dans l’église, on peut dire que ça va mal pour Jésus. Que ça va vraiment mal dans l'Église. Nous n'avons qu'à regarder notre assistance pour nous en convaincre. Il y a quelques années, rien que les habitants de Quend-Plage, remplissaient sans doute cette église. Aujourd’hui les gens doivent venir des alentours. Il est évident que bien des gens nous ont quitté et plusieurs même, pas seulement dans la pratique dominicale. Oui, à la télévision, dans les journaux, dans les conversations, l'Église ne fait pas bonne presse. On est très critique et même sévère pour : le pape, les évêques, les responsables de l'Église, comme s'ils ne disaient plus le message de Jésus, pire, comme si ce message était dépassé ou périmé. Un goût de laïcisation semble vouloir banaliser toutes valeurs religieuses.

 

Et c'est dans ce contexte-là que Jésus voudrait, une fois de plus, nous montrer son vrai visage.

 

Où trouver, aujourd'hui, le visage transfiguré de Jésus? Ne serait-ce pas nous qui aurions à le manifester au monde? C'est ce que  nous rappelle  déjà la vision du prophète Daniel : « Un vieillard pris place, et son habit était blanc comme la neige ». Un jour, nous renaîtrons en éternité  tout rayonnants de gloire, comme Jésus transfiguré. Ainsi se réalisera pour nous la vision de Daniel comme dans la première lecture. Mais ce jour est déjà commencé. Par notre baptême, nous sommes des fils et des filles de Dieu. Sur nous aussi le Père a dit : «Celui-ci est mon fils, celle-ci est ma fille bien-aimée; en lui, en elle, j'ai mis tout mon amour». Et St Pierre apôtre dans sa seconde lettre nous l’a rappelé : « Cette voix venant du ciel, nous l’avons-nous-mêmes entendue ». Oui, en vivant sincèrement notre baptême, nous ne pouvons que trouver notre joie, être rayonnants et manifester ainsi le visage transfiguré de Jésus.

 

Manifester le visage transfiguré de Jésus, c’est déjà et avant tout : être heureux d’être chrétien. Le père Daniel-Ange dans son livre intitulé « Dans tes mains le cosmos », disait, je cite : « Un prêtre heureux de l’être, donne envie de l’être ». Je suis tenté de dire la même chose pour tous les chrétiens. Un chrétien heureux de l’être donne envie de l’être. Et je pense qu'on peut donner aux jeunes et aux moins jeunes des raisons de vivre, des raisons d'aimer leur vie en leur transmettant notre foi, en la vivant et en montrant comment elle nous rend heureux.

 

Un saint triste est un triste saint, dit l'adage. Il ne s'agit pas de faire semblant. Il s'agit de suivre Jésus, de vivre à sa manière et le laisser épanouir notre vie. Point n’est besoin de dresser 3 tentes sur le Mont Thabor. Le lieu de la transfiguration, ce n'est plus la montagne du Thabor, c'est notre cœur. C'est là qu'apparaît à notre monde le visage transfiguré de Jésus. Il se manifeste dans notre foi, dans notre joie de vivre,  dans notre charité.

Père Daleb Venceslas MPASSY

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article