Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Célébration du 40e anniversaire de la mort du cardinal Emile Biayenda par l’évêque de Belley-Ars en France, Mgr Pascal Roland

par Abbé Wenceslas daleb mpassy

L’évêque de Belley-Ars en France, Mgr Pascal Roland, a présidé le 22 mars à la place Mariale de la Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville, la messe comptant pour la célébration du 40e anniversaire de la mort du cardinal Emile Biayenda, décédé en 1977

Cette messe a regroupé de nombreux fidèles venus des quatre coins de la ville de Brazzaville ainsi que d’ailleurs, en présence du président de l’Assemblée nationale, Justin Koumba, représentant le chef de l’Etat ; de quelques ministres ainsi que du postulateur de la cause de béatification, venu de Rome. En effet, c’est une place Mariale de la Cathédrale Sacré-Cœur inondée de foules qui a abrité cette cérémonie. Dans son homélie tirée du livre de Matthieu 5 : 1-12, Mgr Pascal Roland a prêché sur la béatitude. Selon lui, le cardinal Emile Biayenda était considéré comme le Curée d’ARS d’Afrique car il avait pour modèle et idéal Saint Jean-Marie Vianney.

Selon cet évêque, le cardinal Emile Biayenda n’a pas écouté les sirènes du monde, qui attirent vers des mirages, promettent des bonheurs factices et rendent finalement l’homme malheureux. « Il n’a pas prêté l’oreille aux promesses fallacieuses qui prétendent que le bonheur serait dans la possession des richesses matérielles, dans l’exercice d’un pouvoir sur les autres, dans les honneurs mondains. Car il le savait, toutes ces choses sont passagères… », a indiqué Mgr Pascal Roland.

Revenant sur les différentes publications du cardinal défunt, l’évêque de Belley-ARS a rappelé qu’Emile Biayenda était convaincu d’être tout petit devant Dieu et pauvre. C’est un homme humble au cœur ouvert pour recevoir l’amour de Dieu et le redonner sans compter à tous ses frères. Homme de dialogue qui prenait tout son temps pour écouter chacun attentivement, le cardinal Emile Biayenda a toujours œuvré pour le bien commun. Tout ceci en banalisant l’esprit de haine, violence, vengeance et les rivalités.

« Emile Biayenda a été conduit à donner lui aussi sa vie jusqu’à mourir en martyr. La fécondité de ce martyr se vérifie dans le fait que la violence a été stoppée. Aujourd’hui, frères et sœurs, nous sommes encore témoins des guérisons profondes attribuées à l’intercession de papa Emile Biayenda. Chaque fois, il y a non seulement la guérison d’une personne qui grandit dans la foi similaire mais cela se traduit aussi par une paix qui se répand dans son entourage, des réconciliations qui s’opèrent, des témoignages qui font progresser la vie fraternelle », a poursuivi l’orateur.

Plaidoyer pour la béatification et la canonisation

Né en 1927 à Mfinka-Bitungu à Maléla-Bombé, petit village de Mpangala, situé non loin de Kindamba, dans le Pool, le cardinal Emile Biayenda avait reçu la barrette cardinale le 5 mars 1973 à l’âge de 46 ans. Plus jeune cardinal d’Afrique, il est mort à l’âge de 50 ans.  Ainsi, pour célébrer l’an 40 de sa mort, une série d’activités organisées, parmi lesquelles un pèlerinage au montage, un colloque sur le cardinal, un concert de chants et un tournoi de hand-ball.

S’exprimant à cette occasion, l’archevêque métropolitain de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou, a invité les participants à prier sans cesse pour que la cause de béatification du cardinal puisse aboutir.  Il souhaite voir la volonté et l’attente de la béatification du serviteur de Dieu Emile Biayenda devenir une réalité. « C’est le souhait le plus ardent qui nous anime et qui constitue l’élan indéfectible de notre prière permanente. Dans la foulée des 40 ans de la mort du cardinal Emile Biayenda, nous avons voulu prier pour les autres personnalités mortes le même mois et la même année que lui (les présidents Marien Ngouabi et Alphonse Massamba Débat », a-t-il rappelé, saluant la présence des parents de ces illustres disparus, du représentant du président de la République ainsi que des délégations étrangères.

Pour le président de la commission pastorale pour les personnes handicapées de l’aumônier des sourds muets, l’abbé Xavier Mbemba Bissemo, le cardinal Emile Biayenda leur a laissé un héritage d’enseignement qui mérite d’être exploité. « Depuis quelques années, il y a un procès, un dossier concernant la cause de béatification et de canonisation du cardinal Emile Biayenda. C’est ce qui justifie la présence des canonistes venus pour soutenir les chrétiens catholiques congolais qui continuent à prier pour que cette cause de canonisation aboutisse. Cela nous renforce aussi dans notre foi de chrétien et donne encore l’espérance que cela aboutira dans les jours ou les mois à venir », espère-t-il.

Parfait Wilfried Douniama
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article