Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour garder mémoire de l'abbé Pierre LE BORGNE, premier curé de la paroisse Saint Matthieu de Mbandza-Ndounga

par Abbé Wenceslas daleb mpassy

Extraits de la présentation d'accueil faite à ses obsèques

Le Père Pierre Le Borgne naquit à Granville le 17 mars 1925, 10e enfant d'une famille très nombreuse et profondément catholique qui donnerait à l'Église, outre Pierre, un Trappiste à Timadeuc, deux Trappistines à Campénéac et une Petite Sœur des Pauvres. Il entra au grand séminaire de Coutances le 1er octobre 1943, reçut le sous-diaconat le 22 mars 1947, le diaconat le 29 juin suivant et fut ordonné prêtre le 29 juin 1948.

De 1948 à 1952, il fit à Rome une licence en Théologie et une licence en Droit Canonique ; il était admissible au Doctorat en Théologie quand il fut nommé vicaire à la paroisse de la Sainte Trinité de Cherbourg, puis trois ans plus tard, en 1955, curé de trois villages : Mesnil-Ozenne, La Boulouze et le Petit-Celland, non loin d'Avranches. En 1958, on l'envoya enseigner la philosophie à Ducey, au séminaire des vocations tardives, où il resta deux ans.

Comme à cette époque Rome demandait des prêtres pour les jeunes Églises, Pierre se porta volontaire pour le Congo-Brazzaville. Là, après avoir enseigné la philosophie au Grand Séminaire Libermann à Brazzaville durant 5 ans, il devint curé, en 1966 et pour dix ans, de Saint-Michel de Nganguoni, dans la banlieue de Brazza où il trouvait une paroisse à créer, une église à construire, que viendrait bénir Mgr Wickart, évêque de Coutances. En 1976, il fut nommé à la mission de Mindouli, Mbandza-Nganga et Mbanza Ndounga, un vaste territoire à l'Ouest de la capitale, où il resta jusqu'à son retour en France, pour raison de santé, en 1996. Durant son long séjour au Congo, il contribua aussi efficacement à l'installation des Petites Sœurs des Pauvres.

Après sa convalescence, il fut prêtre auxiliaire à Saint-Sauveur-le-Vicomte, de 1997 jusqu'au 15 juin 2006, date où il rejoignit ici "Ma Maison", où se trouvait son frère Joseph. Il souffrait déjà de la maladie de Parkinson qui irait le diminuant peu à peu. Il s'est éteint paisiblement dans la nuit de mardi à mercredi, en présence de la Petite Sœur qui le veillait. Il sera inhumé à Granville, dans un caveau familial, après cette dernière Eucharistie durant laquelle nous le recommandons à notre Père du Ciel qu'il a servi fidèlement durant ses 63 ans de sacerdoce et de mission.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article